Discussion:
Le point... de Le Point de la MIVILUDES sur la radicalisation
(too old to reply)
rogergonnet
2016-12-14 16:12:25 UTC
Permalink
Raw Message
La mission anti-sectes dénonce le fléau de la radicalisation
Pour le président de la Miviludes, un "jeune homme radicalisé qui passe par
la case prison, on ne peut pas considérer qu'il s'agit d'une dérive
sectaire".


SOURCE AFP

le 14/12/2016

Le Point.fr



C'est une nouvelle mission pour la Mission interministérielle de vigilance
et de lutte contre les dérives sectaires (Miviludes). « Nous présentons une
très grosse contribution sur ce qui est notre nouveau job : la prévention de
la radicalisation », a indiqué le président de la Miviludes, l'ancien député
PS Serge Blisko. En effet, le fléau de la radicalisation djihadiste est au
cœur du dernier rapport de la Miviludes, publié mercredi 14 décembre. Le
précédent rapport, publié en mai 2015, était resté discret sur le phénomène
djihadiste, ce qui avait valu à cette mission dépendant de Matignon des
critiques, notamment de la part de son ancien président, le député LR
Georges Fenech. « Jusqu'à présent, nous avions été un peu elliptique sur ces
questions, d'abord pour des raisons de sécurité et parce qu'il fallait avoir
le recul nécessaire », explique Serge Blisko.

Dérive sectaire ?
La radicalisation djihadiste peut-elle être assimilée à une dérive sectaire
? Le rapport est prudent sur cette analyse controversée. « Relever ce que la
radicalisation et le phénomène sectaire ont en commun, à savoir l'adhésion
inconditionnelle à un corpus de croyances du fait de l'appartenance à un
groupe, ne conduit pas à réduire l'un à l'autre », écrit la mission. « On
note de l'emprise mentale chez des adolescents. En revanche, le jeune homme
radicalisé qui passe par la case prison, on ne peut pas considérer qu'il
s'agit d'une dérive sectaire », estime le président de la Miviludes. Pour sa
connaissance du conspirationnisme et son expérience de formation d'agents
publics, la Miviludes a été associée aux actions du Centre interministériel
de prévention de la délinquance et de la radicalisation (CIPDR) dès le
lancement du plan gouvernemental en avril 2014.

De mi-2014 au premier trimestre 2016, elle a contribué à la formation
d'environ 20 000 personnes (protection judiciaire de la jeunesse, Éducation
nationale, magistrature...). Le cap est désormais mis sur la formation de
formateurs, notamment dans les collectivités locales. La Miviludes conserve
son activité classique de lutte contre les dérives sectaires, avec 2 160
signalements qui lui sont parvenus en 2015, et quelque 2 500 anticipés pour
2016, dont environ 40 % dans le domaine de la santé. Des dérives «
préoccupantes » dont « le caractère diffus et protéiforme » pèse sur
l'action de la Miviludes, note le rapport. Active sur le double front des
dérives sectaires et de la radicalisation, la mission « a atteint les
limites » de son fonctionnement « à effectif constant » (15 agents),
prévient-elle.



http://www.lepoint.fr/societe/la-mission-anti-sectes-denonce-le-fleau-de-la-radicalisation-14-12-2016-2090445_23.php
Sâ Tour Ning Khâ Nar
2016-12-14 17:05:28 UTC
Permalink
Raw Message
Post by rogergonnet
La mission anti-sectes dénonce le fléau de la radicalisation
Pour le président de la Miviludes
Il est de quelle obédience en ce moment ?

Loading...